Lucky Luke, mon héros

Depuis petit, je lis Lucky Luke. C’est un élément important de l’idée que je me fais de l’Amérique. Plus tard, j’ai compris que l’affrontement avec les Indiens fut plus sanglants que les petites bulles gentilles de Morris.
Tout de même, avec Lucky Luke, l’Amérique profonde ressemble pour moi aux plaines arides avec le foin qui roule et les vieilles bicoques en bois dans des fermes gérées sur des hectares de terres. J’y vois aussi la ruée vers l’or avec sûrement des carrières entières abandonnées et laissées là, figées par le temps.
J’aimerai faire une matinée à cheval sur un Jolly Jumper dans l’Arizona
Photo de phew!

Gularu

Read Next:

Gularu

Join the Discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *